La Fondation

Découvrez notre fondation

Situation

L’orphelinat Aurore Happy Home est situé dans le village de Masinagudi, face aux impressionnantes montagnes des Nilgiris, dans l’Etat du Tamil Nadu, au point de jonction avec le Karnataka et le Kerala. Le village fait partie de la réserve naturelle de Mudumalai (laquelle jouxte le parc national de Bandipur).

Cette réserve, située à près de 1000 m d’altitude, s’étend sur près de 321 km. Très boisée, elle présente une grande variété d’habitats comme la forêt tropicale à feuilles persistantes, la forêt de tecks humide, la terre d’herbage secondaire ou les marais. Elle est peuplée de nombreux mammifères comme le tigre, la panthère, le sanglier, le porc-épic, le python, l’ours et surtout l’éléphant et le cerf ainsi que d’une grande variété d’oiseaux. C’est donc la première biosphère des Nilgiris.

Plusieurs communautés y vivent, mais les Adivasis sont les premiers habitants du sous-continent (habitants de la forêt). La population en Inde est partout très dense, mais la réserve est encore peu peuplée. Il y a de grandes étendues qui sont parsemées de villages. La réserve se situe à la jonction de deux états : celui du Kérala et celle du Karnataka.

 La ville la plus proche s’appelle Ootacamund, plus communément appelée Ooty, et se trouve à 25 km, soit à une bonne heure de route. C’est une ville de près de 100 000 habitants. Située à 2 200 mètres d’altitude, elle passe pour être la reine des stations d’altitude du Sud de l’Inde. En été, la température y est agréable, mais en hiver, il faut bien se couvrir.

L’aéroport le plus proche de Vazhaithottam est situé à Kozhikode. 250 km de voiture (soit environ 4 heures de route) sont nécessaires pour rejoindre l’orphelinat.

Historique

L’aventure débute en 2001, lors de l’un des nombreux voyages de Catherine Weissbaum, professeure de yoga jurassienne, dans la région du Tamil Nadu. Dans le village de Vazhaithottam, Catherine fait la rencontre de sept enfants orphelins vivant dans la plus grande misère. Touchée, elle décide bien vite de tout mettre en œuvre pour améliorer la situation de ces enfants, lançant ainsi le projet de la maison du bonheur, « Happy Home ».

 De retour en Suisse, Catherine mobilise amis et proches dans le but de poser les fondements de la Fondation et de récolter un maximum de fonds. Une première structure peut ainsi prendre forme, dans laquelle une vingtaine d’enfants sont accueillis. Plusieurs femmes du village sont engagées pour s’occuper de l’encadrement des enfants ainsi que des tâches ménagères.

 Puis les enfants arrivent toujours plus nombreux. En mars 2005, un 2ème bâtiment est construit, comportant un grand dortoir pour les filles. Les garçons sont logés dans le premier bâtiment, permettant ainsi de séparer les deux genres et d’offrir un plus grand espace à chacun des enfants.

 Mais l’histoire de l’orphelinat Happy Home ressemble plus à une épopée qu’à un fleuve tranquille ! En effet, en 2006, nous apprenons que le terrain sur lequel avaient été construit les bâtiments n’était pas privé (« patta land »), comme cela nous avait été assuré, mais gouvernemental. Ceci implique que nous n’avons aucun droit légal sur les bâtiments. En 2008, pour cause de mauvaise gestion des avoirs, nous nous séparons de l’ONG indienne qui nous permettait d’envoyer les fonds nécessaires au fonctionnement de l’orphelinat et créons l’équivalent indien d’Aurore Happy Home, « Aurore Children’s Happy Home ». Enfin, en 2011, suite au décès d’une touriste dans le parc naturel voisin, le gouvernement du Tamil Nadu décide de créer un « couloir des éléphants » : Happy Home est situé en plein milieu !

 En 2014, de nouvelles lois plus restrictives concernant les orphelinats sont mises en place par le gouvernement indien, en particulier en ce qui concerne la séparation entre les filles et les garçons, celle-ci devant être maximale. Suite à cela, et à cause de la pression grandissante sur l’orphelinat, il a été décidé en septembre 2014 de déplacer les enfants vers un autre lieu. C’est à Masinagudi, à une dizaine de kilomètres de Vazhaithottam, qu’un nouveau bâtiment pour les enfants a pu être trouvé.

 Après quelques adaptations nécessaires, que ce soit au niveau du bâtiment ou dans l’achat d’un bus pour le transport à l’école, les enfants ont à nouveau pu reprendre un rythme de vie calme et tranquille. Quant au 1er orphelinat, à Vazhaithottam, il est maintenant utilisé pour différents projets sociaux, en particulier une classe d’informatique, un jardin potager y a été aménagé et, surtout, il permet de donner un point de chute à tous les plus grands d’Happy Home, en particulier durant les vacances des collèges.

la Fondation en Suisse

En Suisse, la Fondation Aurore Happy Home fait tout pour suivre les lignes directrices suivantes :

Frais de fonctionnement très bas
Les frais en Suisse sont moindres. Des fonds ne sont nécessaires (env. 4000 CHF) que pour la papeterie, pour la fiduciaire ainsi que pour la création d’une brochure annuelle. Les frais de voyage des membres jusqu’en Inde sont couverts personnellement, sans soutien de la Fondation.

Travail bénévole
Chaque personne donnant du temps pour la Fondation le fait de façon bénévole, que ce soit les membres du comité ou tout autre personne nous aidant durant les manifestations.

Rapports de compte
La majeure partie des fonds nécessaires au logement, à la nourriture et aux frais d’écolage des enfants (env. 100’000 CHF/an) provient des parrainages et de dons.

De plus, durant l’année, nous organisons une série d’activités (ventes de pâtisserie, soirée de soutien, présence lors de foires ou autres événements, etc.) afin de récolter des fonds supplémentaires et nous faire connaître de la population suisse. 

Garantie
Votre intention de soutenir les défavorisés d’Aurore Happy Home, sous quelque forme que ce soit, sera considérée avec le plus grand respect et sérieux. Nous pouvons vous fournir une garantie du bon fonctionnement de l’organisation en vous proposant une visite sur place. Tous les visiteurs sont bienvenus à Vaizothattam.

Organe de contrôle
Nos comptes sont contrôlés chaque année par un organe de contrôle officiel (BDO fiduciaire, succursale de Delémont). Toutes nos déclarations fiscales sont accessibles au public. De plus, un contrôle annuel est effectué par l’autorité de Surveillance Fédérale des Fondations de Berne.

Ce sont toutes ces raisons qui ont poussé les membres du Comité de la Fondation Aurore Happy Home de créer une Fondation et non une association.